Béret et Casquette Militaire

J’ai toujours rêvé d’avoir un beret . Ce mariage entre le mythique beret frenchie et la voilette chic m’a toujours fascinée et obsédée.

Imaginez-moi dans ma petite province en Tunisie à admirer de loin les tenues à tomber de mes icônes des années 90, Cindy Crawford, Helena Christensen et les autres. J’étais tellement admirative de la princesse Diana et des ses bibi à voilette. Ces images ont toujours flirté avec mes souvenirs. Plus qu’une histoire d’image, c’était une histoire de passion pour l’art de la mode et du raffinement.

Ces femmes représentent toujours pour moi des beautés inaltérables qui détrônent les coqueluches de beautés d’aujourd’hui.

Je crois que cette passion pour la mode avec le peu de moyen que j’avais: le petit budget d’une enfant, l’absence de musées et même de boutiques pour faire du lèche vitrine, ont réveillé ma curiosité.

Le lèche vitrine est un sport que j’adore faire aujourd’hui. J’appelle ça, faire du shopping sans se ruiner. J’adore pousser la porte des magasins de luxe, toucher les tissus et regarder les détails

soignés d’un vêtement. Cela nous apprend à apprécier les belles choses et admirer le travail des artisans, comme quand on pousse la porte du musée Galliera pour regarder les très anciennes collections des maisons de haute couture.

Je suis heureuse d’avoir gardé mon âme d’enfant et d’être toujours émerveillée devant les jolies choses comme ce beret que vous avez déjà aperçu Ici ou ce haut fabriqué à Paris de la petite marque Jacobin à qui je souhaite une longue vie dans ce monde qui pousse à la fast fashion et à porter des matières cheap fabriquées en Chine et vendus à des prix incroyables.

Je rajoute que le made in France n’est pas souvent la garantie de produits de bonne qualité. Malheureusement, j’ai quelques pièces fabriquées en France qui n’ont pas survécu malgré le grand soin que je leur apporte.

La charte de transparence n’est pas souvent respectée dans le monde de la mode. J’étouffe en lisant sur une étiquette « produit imaginé ou désigné en France ». Je pense que si on doit préciser toutes les étapes de fabrication de chaque produit, il nous faudrait une étiquette géante.

Vive la mode, vive les basiques!

D’ailleurs pour la touche d’histoire, sachez que le béret ne date pas d’hier! Des sculptures du Moyen-Âge attestent en effet la présence dans les Pyrénées d’un couvre-chef très proche du béret. Sa fabrication se serait ensuite industrialisée au pied des Pyrénées. Un couvre-chef qui deviendra au vingtième siècle un symbole associé à l’image du Français par les pays anglo-saxons. La couleur a une forte valeur symbolique. Écru à l’origine, il a été soit blanc, soit teinté en brun, en bleu, en rouge, selon les régions et les communautés pyrénéennes. Le béret était la coiffe des guides de haute montagne des Pyrénées, avec souvent une couleur réglementaire. Plus tard, il est devenu progressivement la coiffure militaire la plus répandue dans le monde, avec des couleurs, des insignes variés ainsi que des manières de le porter très codifiées.

Enfin sachez qu’à l’origine, le béret était un couvre-chef réservé aux hommes! Il est devenu un élément de mode féminine en France dans les années 30, promu par les grands couturiers parisiens qui les faisaient porter par certaines vedettes de cinéma de l’époque. On se souvient également de l’icône Brigitte Bardot portant son béret en 1968 dans le clip de la chanson Bonnie and Clyde interprétée en duo avec Gainsbourg.

Voici ma sélection chouchou si vous aimez, je dois admets que c’est indispensables dans ma garde-robe! www.BERETFR.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *